top of page
  • Photo du rédacteurAmina Khelil

L'inquiétante mécompréhension des mathématiques en France


Difficultés en mathématiques
Élève en difficulté : Photo shutterstock


« Inquiétante mécompréhension des nombres et surtout des fractions à l’entrée en sixième ». « À l’entrée en sixième, la plupart des élèves ignorent le sens des fractions les plus simples. »


Ces conclusions ne sont pas les miennes, c'est le Conseil Scientifique de l'Éducation Nationale (CSEN) qui le déclare.



Et même si ce problème est plus prononcé dans les zones d’éducation prioritaire (REP), où 85 % des élèves montrent un manque cruel de compréhension des fractions au début du collège, ce n'est pas beaucoup mieux hors des REP, où cela concerne 75 % des élèves.


On en parle quand ?


À part dans quelques articles de presse qui évoquent divers sujets, cette information cruciale risque de se perdre dans le flot quotidien d'informations.

En ce qui concerne les mathématiques, nous sommes tous dans le même bateau. Le niveau est « inquiétant » dans toutes les classes sociales ! On aime bien opposer les riches aux pauvres, mais, chers amis, nous sommes tous dans le même bateau.


Alors, que fait-on ?


Devons-nous simplement subir cette réalité ? Devons-nous faire l'autruche ? Après tout, peut-être que ce n'est pas si grave. On peut vivre très bien sans comprendre ce qu'est une fraction ! Cependant, cela reviendrait à oublier que les mathématiques ne se résument pas à des nombres et des théorèmes. Les mathématiques sont cruciales, car elles nous aident, à de nombreux égards, à affronter le monde qui nous entoure.


Si j'ai écrit le livre « Tout le monde peut être bon en maths », aux éditions Marabout, c'est pour aborder ce sujet fondamental qui nous concerne tous et qui concerne notre avenir à tous. Mon objectif est de mettre en lumière ce qui ne va pas, de secouer pour nous inciter à réfléchir sur notre responsabilité individuelle et collective, et de prouver que la situation n'est pas désespérée. Des solutions existent, j'y crois.


Amina Khelil

Comentários


bottom of page